Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Images de la page d'accueilBandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer

Retour
Disparition de François CORNIBERT de la 1557ème section de Pontarlier

Disparition de François CORNIBERT de la 1557ème section de Pontarlier

Ce cliché a été pris lors d'une réception à la BA 116 de Luxeuil en l'honneur des vainqueurs de la Coupe SAT 1975 gagnée par l'équipage de la SAT attachée à la BA 116 pilote LTT François CORNIBERT navigateur CNE Pierre OLIVIER. Le Général ANTIPHON était l'adjoint territorial à la FATAC tandis que le Colonel CAPILLON qui deviendra Chef d'Etat-Major de l'Armée de l'Air, commandait la BA 116.

Le parcours de François CORNIBERT dans l’Armée de l’Air, en particulier son aventure aéronautique, commence fin des années cinquante début des années soixante, au moment de faire son service militaire. A cette époque, nous étions en pleine guerre d’Algérie.

Attiré par le pilotage, François CORNIBERT se porte volontaire pour servir en Algérie comme pilote élémentaire de réserve (PER). En effet l’Armée de l’Air, souhaitant adapter ses moyens aériens aux contraintes de ces combats de contre-guérilla, se dote de T6 G destinés à équiper une vingtaine d’escadrilles servies, encadrées et parrainées par les escadres de chasse métropolitaines. Si les pilotes, encadrant ces escadrilles d’aviation légère et d’appui (EALA), sont des pilotes de chasse confirmés et aguerris, il est également fait appel à des volontaires du contingent qui seront brevetés pilotes élémentaires de réserve, après une formation spécifique étalée sur 150 heures de vol et dispensée par l’école de pilotage de Marrakech elle-même équipée justement de T6 D. C’est ainsi que François CORNIBERT, jeune breveté pilote, se retrouve affecté à l’EALA 5/72 « Le Daube » basée à El Abiod et parrainée par la 12ème escadre de Cambrai. Je dois préciser que le « daube » est un lézard des sables, l’insigne de cette escadrille représentait cet animal, insigne que François arborait fièrement sur la poche gauche de son uniforme. Cette affectation fut, certes, précédée d’un stage d’initiation au vol en montagne afin que nos jeunes pilotes prennent en compte les particularités et les pièges orographiques du vol en région accidentée, sur un T6 G avion armé donc plus lourd et nettement moins maniable que le T6 D utilisé en école. Pendant près de deux ans François va vivre la vie d’escadrille et effectuer, à bord de son T6, les missions assignées par le PC Air du secteur.

Ces missions sont de trois types : les protections de convois (Pro-convois), les reconnaissances à vue (Rav) et enfin les protections des troupes en opérations qui pouvaient déboucher, lors d’accrochages, sur des appuis feu ( Pro-Tro-Sol). Pour l’anecdote, c’est d’ailleurs au cours d’une de ces missions d’appui feu que François, par un coup du sort, se retrouvera à faire le coup de feu avec les « fells » qui l’avaient descendu, armé de son léger et dérisoire MAC 50 mais cependant abrité derrière l’épave de son zinc. En effet, c’est moteur à l’arrêt avec son hélice en drapeau suite à un impact de tir ennemi ayant sectionné le faisceau d’alimentation des magnétos, que François a dû se résoudre à se crasher dans le fond du lit d’un oued. Manœuvre parfaitement réussie, il devra, cependant, son salut grâce à l’intervention des membres d’une section de la Légion, qui, ayant assistés à la scène, viendront l’extirper de ce guêpier!

Séjour en Algérie terminé, c’est avec deux citations et attribution de la Valeur Militaire que François est rentré sur Pontarlier où il s’installera kinésithérapeute.

Son cursus de pilote, lors de son service militaire, le destinera tout naturellement à continuer à servir dans les réserves, dans le cadre de la Défense Opérationnelle du Territoire (DOT). Il sera affecté à la section aérienne du territoire (SAT) de la BA 116 de Luxeuil, affectation qu’il assumera avec assiduité jusqu’à la limite d’âge de son grade. C’est, d’ailleurs dans ce cadre que nous nous sommes rencontrés et que nous avons participé en équipage, lors du Rassemblement National des Réserves de l’Armée de l’Air, à la coupe SAT 1975. Coupe SAT 1975 que nous avions gagnée sur la Base Aérienne de Cazaux et que, lors d’une cérémonie dédiée et organisée par notre Base support la BA 116, objet du cliché joint, nous l’avons, selon la tradition, bien fêtée!

Toujours prêt à servir et parallèlement à son affectation défense dans la DOT, François CORNIBERT a été également et ce, pendant de nombreuses années, le correspondant Air du Bureau Air Information (BAI) de Besançon pour la région de Pontarlier.

Voilà ce que je souhaitais évoquer du cursus militaire de François CORNIBERT, homme de conviction et de tempérament, certes, parfois intransigeant mais très chaleureux, homme sur qui on pouvait compter.

François CORNIBERT est titulaire de la Médaille Militaire, Officier de l’Ordre National du Mérite, en récompense de ses services assidus dans les réserves, détenteur de la Croix de la Valeur Militaire avec 2 citations, de la Croix du Combattant Volontaire avec agrafe « ALGERIE », de la Croix du Combattant, du Titre de Reconnaissance de la Nation et de la Médaille Commémorative des Opérations de Maintien de l’Ordre avec agrafe « ALGERIE ».

Pour être complet, je dois dire qu’enfin, depuis les décrets de 2015 François CORNIBERT, ancien combattant d’Afrique du Nord titulaire de la Médaille Militaire et de la Valeur Militaire avec 2 citations était, stricto-sensu, éligible à la croix de chevalier de la Légion d’Honneur, mais il a vu sa promotion ajournée à la suite d’une interprétation du Conseil de l’ordre de la Légion d’Honneur, cet ajournement est selon le Ministère des Armées motivé par le fait que la promotion au grade d’Officier de l’ Ordre National du Mérite, récompenserait, déjà ses titres de guerre. Je dois dire que François CORNIBERT, comme moi-même d’ailleurs, contestions cette interprétation car nous pensions que la nomination au grade d’Officier de l’Ordre National du Mérite, récompensait ses services distingués dans les réserves.

Sophisme chancelier, l’activité importante mais distinguée dans les réserves de François CORNIBERT, l’aurait-elle desservi ?

Ce qui est certain, en l’absence d’activités réserves François CORNIBERT ne serait pas, certes, Officier de l’Ordre National du Mérite mais il serait, comme tous ses camarades anciens combattants d’AFN titulaires de la Médaille Militaire et de 2 citations, chevalier de la Légion d’Honneur!

Pierre OLIVIER – Secrétaire de la 1724ème section – Ancien navigateur des FAS ayant volé avec François CORNIBERT dans les réserves.

Consultez également
6e Section de Nimes - Disparition de M. SLEZARSKI

6e Section de Nimes - Disparition de M. SLEZARSKI

Né le 16 mai 1926, un des doyens de notre 6ème section de la Médaille Militaire de Nîmes,...

Emile BLAIS
30 juillet 2021
51e Section de Lunéville - Hommage à Henri MEIGNAN

51e Section de Lunéville - Hommage à Henri MEIGNAN

Monsieur MEIGNAN, ancien maire, ancien gendarme, président d’honneur du Souvenir Français et...

24 juillet 2021
1767e Section de TOURNON/RHONE - Disparition de M. GOBBER

1767e Section de TOURNON/RHONE - Disparition de M. GOBBER

HENRY GOBBER est né le 12 MARS 1936 à Desaignes en Ardèche, il résidait à Saint Jean de...

Michel HUMMEL
23 juillet 2021
1642ème section de Vélizy-Villacoublay - Disparation de M. LANTHOINNETTE

1642ème section de Vélizy-Villacoublay - Disparation de M. LANTHOINNETTE

Notre doyen Pierre LANTHOINNETTE nous a quitté dans sa 101ème année. Engagé volontaire en...

Jacky MOULIN
15 juillet 2021
U.D.64 – hommage à Jean BOUE

U.D.64 – hommage à Jean BOUE

Le COVID 19 ne nous avait pas permis de rendre l’hommage qu’il méritait, après plus de 20 années...

André ARRIBOT
9 juin 2021
  La 476ème section de LURE est<br />
en deuil

  La 476ème section de LURE est
en deuil

Michel BERLY, vice-président, vient de nous quitter.Michel, 81 ans, s’est éteint le 30 mai 2021...

Jacques VINEY
3 juin 2021